Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Délicate et saine

Délicate et saine

Journal d'une reconversion professionnelle. Ou comment passer de Directeur Travaux à Charcutier Traiteur.

Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour la sérénité!

Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour la sérénité!

Les idées sont rassemblées, l'objectif identifié, la dernière respiration prise, prête à être expiré ailleurs pour donner l'élan d'une nouvelle direction.

C'est parti pour une course folle mais qui vaut la peine.

Première chose à faire lorsque l'on se lance concrètement dans sa reconversion, c'est de se renseigner sur les formations disponibles (si besoin de formation) et leurs calendriers.

Cette étape est à entreprendre au plus vite (même si vous êtes encore en poste). Pourquoi?

Car il y a une saisonnalité dans les formations. Les formations diplômantes commencent généralement en septembre et finissent en mai/juin pour les examens. Pour les formations qualifiantes, les plannings sont généralement plus souples avec des débuts de formation un peu toute l'année. Les organismes privés n'ont pas forcément de convention avec les différentes institutions. Votre diplôme peut ne pas être reconnu ou votre formation peut ne pas être finançable. Soyez vigilants.

Faites un rétro planning entre la date de début de la formation et votre fin d'activité car un faux départ peut décaler votre entrée en formation d'un an. N'oubliez pas que vous avez une période de rupture lorsque vous êtes en poste (en CDI). Si votre fin d'activité passe par une rupture conventionnelle, formule la plus saine à mettre en place avec votre employeur, les délais de la période peuvent se négocier mais sachez qu'ils ne seront jamais instantanés car la procédure prend du temps. L'employeur doit (en théorie) vous recevoir, prendre note et acter que vous souhaitez mettre en place une rupture. Vous disposez de 15 jours de réflexion puis les papiers sont envoyés à la DIRECCTE qui doit statuer (comptez entre 15 et 20 jours selon la période) sur les modalités et les indemnités de la rupture. Pour accélérer la procédure, vous pouvez antidater l'entretien avec le consentement de votre employeur. Concernant les indemnités, il y a un montant minimum mais celui-ci est soumis aux conventions collectives et peut se négocier lors de votre entretien.

https://www.telerc.travail.gouv.fr/RuptureConventionnellePortailPublic/jsp/site/Portal.jsp?page_id=14

Nota: prévoyez de ne pas dépenser cette somme superficiellement car vous devrez prendre en compte votre délais de carence avant le début de vos droits aux allocations chômage et que cet argent risque être utile par la suite (j'y viens).

Formation continue ou en alternance?

Tout est question de choix mais pas que. Une formation en alternance est souvent plus longue mais plus complète. Toutefois, le statut est bien défini. Les indemnités aussi et parfois elles peuvent être inférieures à vos indemnités d'allocation chômage. Lorsqu'on a un crédit sur le dos, c'est pas facile. De plus, pour effectuer sa formation en alternance, il faut qu'un employeur accepte de vous accueillir, vous former et vous indemniser. Ce qui dans le contexte actuel est plutôt complexe. Si votre projet s'oriente vers une reprise d'activité cela peut-être intéressant dans le processus de formation et d'accompagnement. Dans tous les cas, sachez que vos diplômes (et uniquement les diplômes) peuvent vous dispenser des matières générales si vous êtes qualifié au delà ou à pareil niveau que le diplôme envisagé.

Pôle emploi

Une fois votre inscription faite, vous devriez avoir un rdv rapide avec votre conseiller. Le mieux est d'avoir préparé en amont cet entretien. Pourquoi? Car il va falloir que votre conseiller valide votre projet de formation. Il sera donc plus facile pour lui de bien percevoir votre motivation si vous avez un discours clair (ne pas hésiter à simuler votre entretien avec un proche si vous doutez) et des documents qui attestent de votre engagement vers cette formation: devis, calendriers, statistiques (voir site de l'INSEE), études de marchés... Cela semble simpliste mais cette première étape est le point de départ de votre projet. Vous devez être persuasif et dès le premier rdv.

Le financement

Une fois votre projet validé, il faut entamer les démarches auprès des différents financeurs. Certains comme la Région, seront sollicités par votre conseiller avec votre concours (rédaction de lettre de motivation...), d'autres devront l'être à votre initiative. Pour les CIF et DIF, n'oubliez pas de demander à votre employeur vos attestations de droits et de créer votre espace personnel (sur les sites dédiés) par la suite.

Si vous avez un Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé, assurez-vous que celle-ci soit toujours effective car elle dure trois ans (il me semble) et n'est renouvelée qu'à l'initiative du bénéficiaire. Ce statut permet, par le biais de l'AGEFIPH, d'obtenir des compléments de financements pour votre formation ainsi qu'un maintient de votre salaire antérieur durant le temps de votre formation. Non négligeable!

Si votre formation figure au Plan Régional de Formation (décidé par la Région), dans ce cas votre formation est financée à 100%. Toutefois attention aux effets d'annonce car le nombre de place est limité et il faut être réactif.

Sachez aussi que vos droits sont suspendus pendant la durée de votre formation. Charge à vous de signaler votre entrée en formation lors de votre actualisation pôle emploi et de vous réinscrire à l'issue de votre formation.

Comme vous le voyez, toutes ces démarches peuvent prendre du temps et doivent être anticipées pour préparer au mieux l'entrée en formation. Dans mon cas, il m'a fallut un peu moins de 5 mois pour entreprendre toutes les démarches, attendre les décisions, recevoir les notifications des différentes commissions et réunir tous les financements.

Contrairement à beaucoup d'idées reçues, sachez qu'en fonction de vos droits, il vous faudra éventuellement envisager un auto-financement partiel ou total de votre formation. Voilà pourquoi il est de bon ton de faire un point financier sur votre capacité à supporter votre changement de situation.

Il ne s'agit pas d'entrainer toute la famille derrière vos choix ou alors il faut avoir anticipé et parlé des conséquences en amont avec chacun.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article